Developpement de programmes de qualite et de laboratoires petroliers en afrique de l’ouest

investments in west africa

Histoire de l’exploration pétrolière en Afrique de l’Ouest

En 1956, il y a 64 ans, les premiers gisements de pétrole exploitables économiquement étaient découverts en Afrique de l’Ouest au Nigeria, dans le bassin du delta du Niger. Mais le XXIème siècle a vu advenir la flambée de la demande de pétrole et de gaz africains. Toutes les grandes entreprises internationales du secteur de l’énergie investissent massivement en Afrique, et des puits sont forés tout au long de la côte, du Maroc au nord à la Namibie au sud, de même qu’à l’intérieur du continent. La production et les gisements identifiés à ce jour atteignent des sommets en terme de rentabilité.

Aujourd’hui, plusieurs facteurs influencent la production de pétrole en Afrique de l’Ouest. La demande internationale, les prix atteignant des niveaux jamais vus en trente ans, les nouvelles technologies en matière d’exploration pétrolière et gazière, les tests de qualité et la production. À ce stade, il incombe aux régions de prouver l’efficacité et la qualité de leurs infrastructures.

Développement de programmes de qualité en Afrique de l’Ouest

Depuis 2001, l’Union européenne (UE) et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) soutiennent la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest afin de promouvoir une culture de qualité dans la région, ceci afin d’inciter le développement d’infrastructures de qualité adaptées et efficaces pour faciliter le commerce intra-régional et international, protéger les consommateurs et l’environnement, et promouvoir un développement économique durable.

De tels efforts peuvent permettre à l’Afrique de se positionner fermement sur la voie d’un développement industriel de qualité, inclusif et durable, et contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durable des Nations unies.

Dans le cadre du Programme Système Qualité de l’Afrique de l’Ouest (PSQAO), avec l’aide de la politique de qualité de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), 16 pays d’Afrique de l’Ouest renforceront la qualité de leurs infrastructures pour une plus grande efficacité, afin de stimuler la compétitivité et une meilleure participation au commerce régional. Le programme soutiendra la création de centres d’excellence et de réseaux d’institutions dédiées à la qualité du pétrole, tels que des laboratoires et des organismes d’évaluation, afin de fournir des services efficaces aux entreprises locales et exportatrices. Les consommateurs bénéficieront d’une plus grande protection, permettant également une promotion durable du développement économique.

Croissance de la couverture des essais pétroliers en Afrique de l’Ouest

AmSpec, une société se conformant aux Règles de déclaration obligatoire des gaz à effet de serre (40 CFR § 98.3 réf : https://www.law.cornell.edu/cfr/text/40/98.3) a annoncé en 2019 son expansion croissante au niveau mondial avec de nouvelles capacités de test et des inspections couvrant l’Afrique de l’Ouest.

AmSpec a étendu ses inspections en Afrique de l’Ouest au Togo, au Nigeria, au Ghana, au Bénin, au Cameroun, en Guinée équatoriale, au Congo, en RDC et en Angola, et a ouvert trois laboratoires à Lomé (Togo), à Lagos et à Port Harcourt ayant des capacités d’analyse du pétrole brut et de ses produits dérivés.  

Les États arabes du Golfe et leurs investissements en Afrique de l’Ouest

Les États arabes du Golfe interviennent de manière plus affirmée en Afrique subsaharienne et en Afrique de l’Ouest, pour tirer parti des opportunités économiques et protéger la sécurité de leurs intérêts.

Selon Fabrice Adjakly, ancien élève de l’Intec Paris, un institut du Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM), « la région progresse dans la mise en place d’une méthode professionnelle et systématique de normes de qualité, ce qui contribuera à l’avenir du commerce et des investissements, en particulier lorsque les États du CCG auront fait progresser leurs stratégies de diversification économique et réduit leur dépendance au pétrole, en investissant dans les marchés africains ».

La capacité des Etats du Golfe à exécuter des projets d’infrastructure à grande échelle est également attrayante pour les États africains ayant une croissance rapide, pour renforcer des investissements portant sur des infrastructure plus importantes en Afrique de l’Ouest, tel que le port et la zone économique de Dakar.

References:

https://www.unido.org/

https://www.law.cornell.edu/cfr/text/40/98.3

https://www.petro-online.com/news/

https://www.csis.org/analysis/

Picture: From UNIDO Publication, https://www.unido.org/sites/default/files/2017-10/accreditation_EN.pdf

http://www.cnam.eu/students-and-professionals/

Publié par Fabrice Adjakly

Directeur Financier. Lomé, Togo. Advisory- Security of Transactions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :